Identifiant
Mot de passe
Espace Santé >

L'ANDES PUBLIE UNE ÉTUDE DE CAS DANS CINQ VILLES EUROPÉENNES : UN PLAIDOYER POUR LE SPORT SANTÉ

L'ANDES (Association nationale des élus en charge du sport) a réalisé une étude, sur "Les politiques de sport-santé au niveau municipal en Europe", remise à la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, en février dernier.

Cette étude de cas relative au sport sur ordonnance porte sur cinq villes européennes : Umea en Suède, Chaudfontaine en Belgique, Benicarlo en Espagne, Tampere en Finlande et Liverpool en Angleterre. Première du genre avec une approche locale et concrète qui diffère des études avec une approche nationale, elle apporte un éclairage sur le contexte européen et français, le coût économique et social, la politique sport-santé des cinq villes sélectionnées.

À partir de ces différents cas, l'Andes a identifié des pistes de réflexion et des bonnes pratiques. Tout d'abord, elle note que l'implication des autorités municipales es déterminante dans la mise en œuvre des dispositifs de sport-santé, tout comme est essentielle la capacité de ces mêmes autorités à engager des démarches de collaboration et de partenariat avec les acteurs du système de santé, et plus particulièrement avec les médecins généralistes.

Autre enseignement de l'étude : la notion de "prescription" ou d'"ordonnance" diffère selon les dispositifs étudiés. Quand elle est considérée comme partie intégrante d'un acte médical, la compétence est dévolue exclusivement au corps médical. Quand elle relève d'un mécanisme de promotion de l'activité physique, les dispositifs se révèlent plus "ouverts" et intègrent des acteurs différents tels que pharmaciens, infirmières, kinésithérapeutes, etc. Dans la même logique, les différences de conception de la prescription d'activité physique influent sur le mode de gouvernance et de collaboration entre les acteurs. En ciblant des personnes atteintes de maladies chroniques ou présentant des problèmes de santé avérés, le dispositif aura tendance à impliquer plus fortement le corps médical. En ciblant un public plus large, le dispositif aura tendance à impliquer un nombre plus varié de professionnels de la santé mais aussi du sport.

Parmi les pistes d'amélioration, le renforcement des systèmes de suivi et d'évaluation des résultats arrive en tête. Par ailleurs, la collecte de données personnelles s'avère souvent compliquée pour les municipalités et rend difficile le suivi et l'évaluation. Enfin, la collaboration avec le secteur académique devrait permettre aux municipalités de combler les lacunes en termes de formation des entraîneurs et de pérenniser les dispositifs avec une évaluation consolidée, tant sur le plan qualitatif que quantitatif.

Aujourd'hui, malgré les différentes campagnes de communication et initiatives multiples, de nombreux efforts sont attendus de la part de tous les acteurs pour contribuer à réduire la sédentarité encore trop importante pour nos concitoyens. Un français sur deux ne satisfait pas aux recommandations d'activité quotidienne de l'OMS et seulement 22% des 3-10 ans ont une activité suffisante, ce qui rend légitime la nécessité vitale de porter une action forte dès l'école primaire. Les activités physiques sont un enjeu de santé publique mais également un enjeu social et économique. Le coût de la sédentarité est estimé à 17 Mds € en France, et plus de 80 Mds € en Europe.

Pour l'Andes, cette étude constitue un socle de réflexion "avant d'aller plus loin dans l'analyse vers d'autres pays en pointe dans le monde en matière de sport-santé".




Source : www.banquedesterritoires.fr



FORMATION PSC1 / PSS1

BASICOMPTA


l'Annuaire du Sport

PARRAINAGE BASICOMPTA

Les Rendez-vous du CDOS

MAISON DES SPORTS RESERVATION DE SALLES


Planning et réservations

coordonnées / Contact


CDOS du Loiret
- Maison des Sports
1240 rue de la Bergeresse
45160 OLIVET

- 02 38 49 88 46


- courriel
- nous localiser

Les bureaux du CDOS sont ouverts

Les lundis, mardi et jeudi : 9h-12h30 / 13h30-17h

Partenaires du CDOS

Rechercher


CRIB du Loiret